The Mars Volta

The Mars Volta est un groupe de rock progressif américain qui défrise ! Certains titres frôlent le 1/4 d’heure, et se teintent d’influences psychédéliques, punk, jazz, africaines, latino et autres. Certaines paroles sont en espagnol (le chanteur étant portoricain), le reste en anglais.

Le groupe s’est formé en 2001 avec deux membres de l’excellent groupe At The Drive-In, Cedric Bixler-Zavala et Omar Rodríguez-López, et en reprend l’énergie débridée et l’amour des sautes d’humeur musicales !
Ils déstructurent parfois le rythme et la mélodie dans des espèces de « free-jazz rock », avant de revenir à un punk puissant et ferme ou à des retombées planantes. De même, ils n’aiment pas la facilité des structures couplet/refrain, ce qui donne une sentiment de liberté vagabonde.
Les noms d’albums et de titres dénotent aussi cette esprit original, voire torturé.

Au-delà de la technicité des musiciens, la voix particulière et puissamment émotionnelle de Cedric Bixler donne une force et parfois une poésie exceptionnelles à leurs morceaux.
Au fil du temps des musiciens rejoignent le groupe pour une plus ou moins longue durée, comme John Frusciante, guitariste des Red Hot Chili Peppers. Chacun lâchant librement des riffs d’une grande qualité, les titres passent comme des montagnes russes de moments de calme à des importations « du monde » (hispanique, africain…) ou des détonations rageuses, dans des alternances construites à merveille. Ce n’est pas un punk débridé mais dans une apparence de fouillis, la construction est nette et précise servie par des instrumentistes de haut-vol.

L’album De-loused In The Comatorium, premier LP, est un album concept qui raconte l’histoire d’un homme souhaitant se tuer, basée sur la mort d’un ami du groupe. Une overdose de morphine et d’anti-rat le fait tomber dans le coma où il aura des visions en visitant le « Comatorium », au réveil il préfèrera à nouveau la mort. Un article au travail impressionnant détaille le sens des paroles de cet album sur therealmusician.com (anglais). Il s’agit de mon album préféré du groupe, avec beaucoup d’énergie mélangée à de la nostalgie, dans lequel on trouve le titre Roulette Dares en écoute au début de cet article.

Leur deuxième LP a également une trame narrative, avec des paroles en espagnole et en anglais. L’histoire se base sur un journal intime trouvé dans une voiture, écrit par un inconnu un peu malade mental, adopté et cherchant ses parents biologiques. L’originalité de cet album est qu’Omar Rodríguez-López a écrit toute la musique seul et a fait enregistrer chaque instrument sans que les musiciens ne connaissent le reste des arrangements. L’album est ainsi formé de plusieurs morceaux dont certains sont découpés en sous-parties. Musicalement il est proche de De-loused In The Comatorium.

La mort et les excès du monde du Rock se font beaucoup sentir dans les paroles et les inspirations du groupe. L’énergie qu’ils dépensent semble crier pour recevoir une solution à ces malédictions, comme l’album The Bedlam in Goliath écrit comme un exorcisme.
Ce dernier a été produit avec beaucoup de difficultés, dans une période où la malchance du groupe a été liée à l’utilisation d’une planche Ouija les mettant en relation avec un certain Goliath. La planche surnommée « The Soothsayer » (« le diseur de calme ») a produit au contraire beaucoup de soucis. Elle a été brisée et enterrée par Rodriguez-Lopez. Comme quoi il ne faut jamais jouer avec les forces obscures !

Amputechture ne déroge pas aux questionnements sur l’humanité et le spirituel. Les paroles de Cedric Bixler-Zavala tournent autour des croyances et de la foi. Si Vicarious Attonment fait une introduction tranquille, le suite développe des crescendos ou des changements brutaux de direction, des choeurs ou la guitare basse servant d’enveloppe à ces pérégrinations.

Les albums suivants prennent une tournure plus Pop-Rock, plus épurée. Une impression d’apaisement musicale se fait sentir par des rythmes et mélodies moins déstructurées, mais toujours sur des thèmes sombres rejoignant ceux des autres albums : kidnapping (réguliers en Amérique latine), métaphores contre le mauvais traitement des femmes dans les sociétés islamiques… L’album Noctourniquet se base lui en partie sur des chants enfantins et des références mythologiques, toujours avec une aura mystique, avec des effets plus électroniques que dans les précédents. Le magnifique Asilos Magdalena permet de profiter de jeux de guitares acoustiques hispanisantes, sur une voix fragile et apaisante.

The Mars Volta, dans un style reconnaissable, fait vivre des histoires sombres avec une profondeur musicale qui ne laisse pas insensible. Je vous invite à découvrir et profiter de leur univers particulier et même à suivre l’évolution depuis le groupe At The Drive-in… Et découvrez ensuite d’autres artistes sur FETHmusic pour plus de gaité et de légèreté 🙂

Autre titres que j’aime

Empty Vessels Make The Loudest Sound

The Widow

Take The Veil Cerpin Taxt

Albums à découvrir !

Web

Site officiel
The Mars Volta
Facebook
The Mars Volta
Wikipedia
The Mars Volta

0 comments on “The Mars Volta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *